Utilisateur
Icone croix de fermeture
Citrons de Menton

Citrons de Menton

Si le Citron de Menton peut se consommer tel quel, on peut aussi l'apprécier de nombreuses manières grâce aux artisans qui ont su le sublimer. Prenez par exemple ces raviolis au Citron de Menton de Pasta Piemonte ou cette liqueur de la Maison du Citron qui n'a rien à envier au Limoncello de nos voisins italiens ! 
Trier
Filtrer
Filtrer par
ProducteursCatégoriesFlèche droite
LabelLabelsFlèche droite
ProducteurFlèche droite
Département de provenanceFlèche droite
Type de tartinable sucréFlèche droite
Couleur de la bièreFlèche droite
Type apéritifs digestifsFlèche droite
PrixFlèche droite
  • « Précédent
  • 1
  • 2
  • 3
  • Suivant
Un fruit ancien  La culture du Citron de Menton voit véritablement le jour entre le XVIIème et le XVIIIème siècle, et son apogée va durer près d'un siècle. Jusqu'au milieu du XIXème, l'agrumiculture est la première activité économique de Menton. On estime sa production en 1860 à près de 2,8 millions de quintaux de fruits par an. Les maladies, les intempéries et la petite taille des exploitations auront raison de l'âge d'or de cet agrume. Avant qu'il ne renaisse sous l'impulsion de la ville de Menton dans les années 1990, jusqu'à obtenir une IGP des années plus tard ! Comment reconnaitre le Citron de Menton ? 
Le Citron de Menton a sa couleur qui varie du jaune clair au jaune verdâtre lorsqu’il est « primeur », pour ensuite passer du jaune intense à lumineux lorsqu'il est à complète maturité. Son écorce est beaucoup plus parfumée que celle de ses confrères et très finement granulée. A l'intérieur, beaucoup, beaucoup de jus ! Il est, comme l'écorce de ce fruit, très parfumé, modérément acide et surtout peu amer. 

Seuls une vingtaine de producteurs sont habilités à produire du Citron de Menton, 
sur les communes de Castellar, Gorbio, Roquebrune-Cap-Martin, Saint-Agnès et Menton. Ils y produisent entre 150 à 200 tonnes selon les années.